Loading...

Un trail unique autour de la plus belle montagne des Alpes!

Cervino Matterhorn Ultra Trail

Dernières nouvelles

Micro crampons

Micro crampons

Inserito il: 27/06/2022

Le matériel obligatoire comprend des micro crampons. Nortec propose une large gamme de produits performants et fiables.

Leggi tutto...


Travaux en cours sur le parcours !

Travaux en cours sur le parcours !

Inserito il: 22/06/2022

La Municipalité de Randa présente les travaux réalisés après le tunnel !

Leggi tutto...


Derniers jours pour l'inscription

Derniers jours pour l'inscription

Inserito il: 21/06/2022

Derniers jours pour s'inscrire à la Matterhorn Matterhorn Ultra Race !

Inscription sur WEDOSPORT

Voir la liste des membres.

Leggi tutto...


La Crotta di Vigneron

La Crotta di Vigneron

Inserito il: 20/06/2022

La Crotta di Vigneron entra nel mondo del Cervino MatteRhorn Ultra Race, con il vino spumante 4478 "Nobleffervescence" che verrà utilizzato per la cerimonia di premiazione, uno spumante che ha origine da uve Pinto in purezza, provenienti da un unico vigneto. L'altitudine…

Leggi tutto...


où dormir

où dormir

Inserito il: 18/06/2022

On pourra dormir dans les suivant ravitaillements:

- Lac de Moiry  km. 63

- Zinal km 72

- Sankt Niklaus km 112

Leggi tutto...


Quand

La première édition de cet Ultratrail est prévue du 15 au 17 juillet 2022 à Breuil-Cervinia (168 km, 13130 m D+).

Le point de départ /arrivée

Parcours

Le parcours de la Cervino Matterhorn Ultra Race reprend en grande partie celui du « Tour du Cervin » que tous les excursionnistes de haut niveau rêvent de parcourir au moins une fois dans leur vie. Il offre des panoramas incomparables et, au fil des cols et des vallées, donne au marcheur la profonde sensation d’être seul au cœur des montagnes.
Le tracé décrit une boucle autour du Cervin, dans le sens des aiguilles d’une montre : à partir de Cervinia, les participants découvriront d’abord les vallées italiennes, puis celles du versant suisse de la montagne. C’est un parcours complexe, sur un terrain technique et parfois très difficile. L'altitude moyenne est de 2380 m et l’itinéraire comprend bien sept cols situés à plus de 2800 m d’altitude, dont trois de plus de 3000 m. Le parcours permet de découvrir pratiquement tous les types de terrains de montagne : sentier muletier, chemin, rochers, via ferrata et glacier. Une excellente préparation est donc nécessaire à tout point de vue : matériel, vêtements, provisions et forme physique doivent être impeccables. Mais ces efforts seront largement récompensés par le parcours, qui offre des panoramas et des émotions inégalables !

Départ de Breuil-Cervinia, direction le Cervin. L’itinéraire monte par un sentier muletier, en empruntant le « balcon du Cervin », un sentier particulièrement panoramique en faux plat qui longe toute la chaîne des Grandes Murailles, en traversant plusieurs moraines et torrents de montagne, pour arriver au col Fenêtre de Cignana. Il redescend ensuite jusqu’à l’alpage en contrebas, d’où l’on peut admirer le lac artificiel de Cignana, avant de remonter jusqu’au refuge Perucca-Vuillermoz.
Une brève montée, raide et technique, mène au col de Valcornière (3 066 m) : des échelons métalliques et des chaînes permettent de franchir en toute sécurité les passages les plus difficiles. Après une descente raide sur un éboulis, l’itinéraire traverse une section rocheuse accidentée. Une fois arrivé au pierrier, le parcours est balisé par des cairns. Ici aussi, des chaînes fixes facilitent la descente et permettent de poursuivre le chemin en toute sécurité. La pente du sentier diminue lorsque l’on arrive au petit torrent qui descend dans la vallée. En le suivant sur sa rive droite, le long du sentier n° 12, l’on arrive au barrage de Place Moulin, dans la Commune de Bionaz. Tout au fond de la retenue d’eau, sur un petit promontoire, l’on peut voir le refuge Prarayer : construit au début du XXe siècle pour servir d’hôtel et laissé à l’abandon après la Seconde Guerre mondiale, il est aujourd’hui entièrement rénové.

Lago di Prarayer

En revenant vers la vallée, par la route non goudronnée presque en plan qui longe la rive du lac, légèrement en hauteur, l’itinéraire emprunte, sur la droite, un sentier qui mène à l’alpage d’Oren. Passé celui-ci, il traverse quelques amas rocheux et des éboulis, pour entrer dans le vallon du col Collon et aller jusqu’au refuge Collon-Nacamuli du Club Alpin Italien-C.A.I. (2 830 m d’altitude).
Depuis le refuge, l’on arrive au col Collon, qui permet d’accéder à la vallée suisse d’Arolla en traversant le glacier du même nom. Pour voir ce dernier, il faut traverser le vallon du col et atteindre le « vrai » col Collon, qui n’est pas visible durant la montée depuis le refuge.
Comme la photo permet de le constater, le glacier, qui était autrefois bien plus étendu, a aujourd’hui laissé place à une imposante langue de pierres, triste témoignage de son retrait lent mais inexorable, dû au réchauffement climatique.
L’itinéraire traverse ensuite le torrent et les moraines et, de 2 089 m d’altitude, il emprunte le sentier qui va vers Arolla avant de prendre un autre sentier qui descend pour rejoindre Les Haudères. La route carrossable qui porte au col de Torrent mène à un site exceptionnel au paysage de carte postale, d’où l’on découvre de nombreux petits lacs de montagne, domaine des marmottes et des immanquables vaches qui ponctuent les alpages, avec une vue splendide sur les sommets de La Pigne d’Arolla et du Visivi. Après avoir traversé le barrage du lac de Moiry, l’itinéraire dépasse le refuge situé non loin de là et emprunte le sentier jusqu’au col de Sorebois, qui est desservi par une remontée mécanique. Le panorama que l’on peut découvrir de là est absolument exceptionnel.
La première partie de ce sentier qui descend est l’une des sections les plus pentues et fatigantes du parcours du Tour du Cervin. L’itinéraire mène au hameau de Zinal.
Après avoir traversé les pâturages de Montagne de Nava et La Barneuza, une forêt parcourue par de larges sentiers, à 2 424 m d’altitude, le traileur peut admirer la chaîne de la « couronne impériale » derrière laquelle il peut, pour la première fois, apercevoir à nouveau le Cervin. En suivant la signalisation placée sur les pierres – un « Z » jaune – en direction de l’Alpe Chiesso, l’on arrive sur le parcours de la course Sierre-Zinal, puis à l’Hôtel Weisshorn, où l’on peut déguster une Siervoise – bière typique à la saveur particulière – bien méritée. De là, un autre sentier, bien balisé, mène au Meidpass, col d’où l’on découvre un panorama spectaculaire sur l’ensemble des sommets suisses. Puis le parcours descend à nouveau vers Gruben, où se trouve l’hôtel Schwarzhorn.
Et le sentier monte à nouveau, vers l’Augstbordpass. Ce col marque un passage dans une autre dimension. Finis les prés et les forêts du versant ouest de la montagne : la terre semble disparaître pour laisser place à un paysage lunaire de roches, qui s’étend sur des kilomètres. Cette partie de la course est peut-être la plus rude, mais c’est aussi celle qui se gravera dans les mémoires : trente kilomètres de roches de toutes les dimensions, sous le regard figé de sentinelles immobiles, cette série infinie de sommets de plus de 3 000 m d’altitude aux noms imprononçables.

Augstbordpassr

En descendant le fond de la vallée, on arrive à Jungen et à St. Niklaus.
En traversant le pays, on monte de l’autre côté et en continuant à mi-côte on rejoint d’abord le refuge Europahütte, puis, au Charles Kuonen Hängebrücke, le plus long pont suspendu piétonnier au monde. Inauguré en 2017, il mesure 494 m de longueur et la traversée sur l’à-pic garantit une jolie poussée d’adrénaline !

ponte sospeso pedonale più lungo al mondo, il Charles Kuonen Hängebrücke

Puis le parcours suit sur 21 km un sentier à mi-hauteur, particulièrement panoramique, qui mène à Zermatt (1600 m d’altitude), dont il emprunte la rue principale, la Bahnhofstrasse, animée de boutiques, d’hôtels et de restaurants. En sortant de cette charmante ville suisse, que domine le pic du Cervin, il entame la dernière montée vers le glacier du Plateau Rosa, pour atteindre d’abord Trockner Steg, d’où partent les remontées mécaniques, puis le col du Théodule (3317 m d’altitude) et le refuge du Théodule. C’est le moment de jeter un dernier regard d’en-haut au Cervin-Matterhorn ! De là, après la traversée du glacier, le parcours redescend sur les pistes de Cervinia et ne présente plus aucun problème, même dans des conditions difficiles.

Photos


Instagram CervinoMatterhorn Ultra Race